Gaillac Graulhet : « Partager une vision commune du territoire ne s’improvise pas » - AUAT
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

Gaillac Graulhet : « Partager une vision commune du territoire ne s’improvise pas »

L’agglomération de Gaillac Graulhet pose les fondements politiques du développement des 61 communes du territoire. Interview de son vice-président Olivier Damez.

Gaillac Graulhet : « Partager une vision commune du territoire ne s’improvise pas »

Le projet d’aménagement communautaire engagé par Gaillac Graulhet réunit 61 communes autour d’un objectif : définir un socle commun pour l’avenir du territoire. Interview d’Olivier Damez, maire de Couffouleux et vice-président de la communauté d’agglomération.   

Pourquoi avoir engagé un projet d’aménagement communautaire ?

L’agglomération a été créée du fait de la fusion de trois communautés de communes. Nous pensons que les 61 communes ainsi réunies ont un intérêt à bâtir, ensemble, une même vision de l’avenir du territoire. La communauté des élus, pour partie faite de nouveaux membres depuis les élections municipales, a ainsi fait le pari qu’un socle commun augmenterait les chances que chaque commune réussisse son développement. Nous avions été heureux que 80 élus et techniciens répondent à l’appel en 2020 lors du premier séminaire.  Beaucoup ont été très preneurs de participer pour dire ce qui est important pour eux et contribuer à ce qui sera, demain, le ciment de notre action.

L’agglomération est majoritairement faite de petites communes…

Il est vrai que si l’on écarte Gaillac et Graulhet, qui comptent 15 000 et 13 000 habitants, les autres communes réunissent de 90 à 6 000 habitants. Ces communes ont comme particularité d’avoir confié à l’agglomération beaucoup de compétences initialement du ressort de l’Etat : nous en comptons plus de 40, dont les établissements scolaires. Cela implique de développer la solidarité entre territoires, ce qui passe d’abord par une même connaissance de nos défis communs. Parler de son territoire, de ce qui est important pour chacun et ceci sans se mettre de barrières est un moyen très concret de se tourner vers l’avenir. Le travail de tous les élus mérite d’être reconnu.

Comment avez-vous bâti le projet d’aménagement communautaire de Gaillac-Graulhet ?

Nous avons avancé – malgré la crise sanitaire – en alternant ateliers thématiques et rencontres territoriales. Des ateliers partenaires ont aussi réuni très largement nos parties prenantes. Chaque session était ouverte à toutes les communes, de manière à ne pas imposer des regroupements territoriaux. La grande crainte pour moi était que des communes quittent le projet en pensant qu’on allait leur imposer quelque chose. Ce projet était mené pour elles et avec elles ! C’est bien ce que nous avons expliqué à chaque conférence des maires où nous sommes intervenus. Vous le voyez, définir une vision commune ne s’improvise pas et implique de la méthode.

Venons-en au projet d’aménagement, qui regroupe 4 défis pour l’agglomération. Pouvez-vous nous les présenter ?

Le premier défi, qui nous a rapidement réunis, est de maintenir et développer la qualité de vie et le bien-vivre pour tous. Nous aimons tous nos paysages et souhaitons les préserver, notamment face à la pression que génèrent les croissances de Toulouse et d’Albi qui nous entourent. Autre défi : développer des filières économiques durables, avec bien entendu comme piliers l’agriculture et la filière viti-vinicole. Troisième défi : réussir la transition écologique, énergétique et numérique. Je termine par le quatrième défi, qui est à mes yeux le plus important : maintenir un équilibre entre les composantes territoriales.

La croissance d’une commune ne doit pas se faire au détriment d’une autre : le projet d’aménagement communautaire l’écrit noir sur blanc.

Olivier Damez, maire de Couffouleux et vice-président de la communauté d’agglomération de Gaillac-Graulhet.   

C’est l’idée de veiller à un développement pour tous ?

Exactement. Une voie rapide traverse notre territoire : elle suscite une pression foncière très élevée. Nous ne devons pas céder à la facilité en laissant cet axe agglomérer tous les projets. C’est bien l’intérêt général du territoire qui prévaut avec le projet d’aménagement communautaire. Façonner ces 4 défis nous conduit à prendre de la hauteur et à penser à plus long terme, collectivement, à notre développement. La croissance d’une commune ne doit pas se faire au détriment d’une autre. Concrètement, cela veut bien dire que, d’un point de vue aménagement du territoire, rien n’est ficelé aujourd’hui et tout doit être bâti ensemble.

Quelles est la suite, pour le projet d’aménagement communautaire de Gaillac Graulhet ?

Le comité de suivi, composé de 8 élus, va continuer à se réunir pour entretenir la dynamique lancée. L’enjeu est maintenant de partager ce projet avec la société civile, via le conseil de développement de l’agglomération. C’est essentiel car il définit les fondements des documents d’urbanisme qui verront le jour dans les prochaines années. Ces défis communs, nous les atteindrons si et seulement si toutes les communes s’engagent et contribuent directement.

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier