Annette Laigneau : « Le PLUi-H de Toulouse Métropole sera bas-carbone » 
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine

Annette Laigneau : « Le PLUi-H de Toulouse Métropole sera bas-carbone » 

L’AUAT accompagne Toulouse Métropole pour réélaborer son PLUi-H en intégrant une nouvelle culture du renouvellement urbain, sur fond d’une transition écologique qui touche tous les exercices de planification. Les explications d’Annette Laigneau, vice-présidente de Toulouse Métropole. 

Annette Laigneau : « Le PLUi-H de Toulouse Métropole sera bas-carbone » 

L’AUAT accompagne Toulouse Métropole pour réélaborer son PLUi-H en intégrant une nouvelle culture du renouvellement urbain, sur fond d’une transition écologique qui touche tous les exercices de planification. Les explications d’Annette Laigneau, vice-présidente de Toulouse Métropole. 

Le projet de PLUi-H de Toulouse Métropole a été arrêté en conseil métropolitain de Toulouse le 20 juin. Pouvez-vous présenter les nouvelles ambitions de ce document ?   

Nous portons effectivement un projet avec une ambition présentée dans le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD), celle de concilier l’attractivité du territoire avec les enjeux sociaux et environnementaux. La loi Climat et résilience rebat les cartes et nous amène à nous engager plus encore dans la transition écologique. Cela nous conduit à poursuivre notre développement par la densification et le renouvellement urbain plutôt que par l’étalement urbain. Ainsi 88% des nouveaux emplois et 87% des nouveaux logements seront accueillis dans les espaces urbanisés, au plus proche des aménités urbaines. Plus de 90% des futurs logements seront situés à proximité des transports en commun structurants du territoire, et notamment le long de la troisième ligne de métro. Plus largement, les disparités de revenus sur le territoire nous poussent à être ambitieux en matière de logement maîtrisé et de logement social. Cet enjeu n’est pas nouveau, mais il est amplifié par l’impératif de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers qui va accroitre la pression sur le foncier déjà urbanisé et risque d’entrainer une augmentation des prix.  

Qu’en est-il des enjeux énergétiques ? 

Cet enjeu est devenu central dans ce PLUi-H, que nous avons souhaité bas-carbone. En matière de planification, nous pouvons alors agir principalement sur les mobilités, en travaillant sur la cohérence urbanisme-transports. L’électromobilité sera également favorisée grâce à l’implantation de bornes de recharge dans les espaces publics et dans les résidences. Un autre levier important en matière énergétique est le bâtiment. Cela passe notamment par un renforcement des prescriptions pour avoir des aménagements et des constructions bioclimatiques. Nous avons souhaité être ambitieux, notamment sur le confort d’été des logements pour adapter notre parc au changement climatique. Le PLUi-H favorisera également l’implantation d’unités de production d’énergies renouvelables en ville, notamment le photovoltaïque, qui est la source d’énergie la plus adaptée à notre territoire, mais également la géothermie et la biomasse.  

Pouvez-vous revenir sur la nouvelle logique d’aménagement et les enjeux de densification ? 

Le ZAN nous conduit par exemple à reconnaître la valeur intrinsèque du sol. Plus qu’un support pour bâtir, le sol est un élément vivant essentiel du fait de ses capacités de stockage du CO2 et de vecteur de biodiversité.  C’est aussi une ressource qui se raréfie et nous appelle à plus de sobriété. Nous avons donc repensé notre mode de développement car effectivement la ville s’est étalée pendant les 50 dernières années et cette manière de faire est désormais révolue. Le ZAN est ainsi un levier de transition puisque le PLUi-H initiera un nouveau modèle d’aménagement pour les 37 communes concernées. En effet, à l’échelle de la métropole, plus de 95% des espaces naturels, agricoles et forestiers seront protégés. Cela représente une réduction de la consommation d’espaces de 50% par rapport à la décennie précédente. Et cela tout en répondant aux besoins de la population actuelle et future de notre territoire. Bien sûr, cela implique de densifier les tissus urbains existants mais notre projet s’attache à rendre cette densité acceptable en préservant la qualité de vie et l’identité des communes et des quartiers. Pour cela, nous avons travaillé des règles d’urbanisme qui garantissent notamment la qualité des espaces publics, la protection du patrimoine bâti et végétal de nos villes, la proximité avec les espaces de nature, la réduction de l’îlot de chaleur urbain et le dynamisme des centralités.   

Quelles sont les prochaines étapes du projet de PLUi-H ? 

Le projet étant arrêté. Il est désormais soumis aux personnes publiques associées pour avis.  Au début de l’année prochaine, se tiendra une enquête publique qui permettra à l’ensemble des administrés de s’exprimer sur le projet. L’approbation est attendue en 2025. Vous l’aurez compris, ce projet est très ambitieux et c’est pourquoi je tiens à remercier toutes les communes de la métropole pour leur implication sans faille aux côtés des services de la métropole et de l’agence. 

Consulter le PLUi-H de Toulouse Métropole arrêté le 20 juin 2024

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier
commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier