La petite histoire du grand bassin toulousain paraît aux éditions Privat
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

La petite histoire du grand bassin toulousain paraît aux éditions Privat

La petite histoire du grand bassin toulousain paraît aux éditions Privat

Le journaliste et auteur Alexandre Léoty retrace l’histoire de la fabrique du grand bassin toulousain. Un ouvrage paru aux éditions Privat à l’occasion du 50ème anniversaire de l’AUAT, l’agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse aire métropolitaine. Interview. 

Photo d'Alexandre Léoty, auteur du livre "La petite histoire du grand bassin toulousain" aux éditions Privat
Alexandre Léoty

Pour quelles raisons avez-vous accepté ce projet de livre avec les éditions Privat ?

Le territoire, son économie et son développement sont des sujets que je suis avec un grand intérêt depuis une vingtaine d’années. En tant que journaliste et auteur, j’ai écrit une quinzaine d’ouvrages, quasiment tous consacrés à l’Occitanie, sous différents angles.

La proposition des éditions Privat de travailler sur la construction du grand bassin toulousain m’a donc naturellement intéressé. C’était un sacré challenge : résumer 50 ans de développement dans un seul livre a impliqué de faire des choix, pour proposer un récit le plus vivant et le plus intéressant possible.

Quel est le parti-pris de « La petite histoire du grand bassin toulousain » ?

Nous expliquons le développement du territoire toulousain par le prisme de l’action accompagnée par l’agence d’urbanisme, qui a vu le jour en février 1972. Les deux histoires sont concomitantes et s’alimentent. Il ne s’agit pas d’un ouvrage sur l’AUAT, puisque nous faisons parler celles et ceux qui ont participé, au fil des décennies, au processus de fabrique des territoires. Elus, techniciens mais aussi chercheurs ont permis de proposer un regard qui est, je pense, équilibré sur cette histoire vivante.

Qu’avez-vous appris de nouveau au cours de la rédaction de ce livre ?

Je n’étais pas né en 1972 et ai donc beaucoup appris, avec les outils de l’historien conjugués à ceux du journaliste, sur les premières décennies d’activité de l’AUAT. Le passage de Toulouse « gros village » à l’émergence de la dynamique du grand bassin toulousain est passionnant. Me plonger dans des archives, interroger des personnes qui ont vécu cette époque permet de mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui.

Que retenez-vous du rôle d’une agence d’urbanisme ?

Ce que je constate, en tant qu’observateur, c’est le travail collaboratif qu’elle suscite et développe, tout en demeurant neutre. L’agence d’urbanisme anime un travail en coulisses, avec des personnes proposant un bagage technique pour lier les enjeux, avec des chercheurs et leurs visions parfois décalées, voire dans certains cas « poil à gratter ». Cette spécificité est d’autant plus intéressante que l’urbanisme doit conjuguer plusieurs temporalités en parallèle. D’un côté, sur le court terme, il faut accueillir des habitants en nombre, puisque le territoire toulousain, porté par son économie, subit une crise de croissance depuis des décennies. De l’autre, et l’urgence climatique le rappelle, il faut aussi se projeter vers l’avenir, car les décisions prises par le politique marqueront le territoire pour longtemps. Au final, la décision appartient bien entendu aux élus. Ce schéma ne s’est jamais démenti ces 50 dernières années, malgré les alternances politiques.

Acheter le livre “La petite histoire du grand bassin toulousain”

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier