Pibrac : concertation pour orienter le projet de cœur de ville
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

Pibrac : concertation pour orienter le projet de cœur de ville

Interview de Camille Pouponneau, maire de Pibrac, qui initie une concertation avec les habitants pour favoriser la proximité du quotidien.

Pibrac : concertation pour orienter le projet de cœur de ville

La commune de Pibrac, dans l’ouest toulousain, engage une concertation avec les habitants pour poser les bases d’un projet visant à créer de nouvelles habitudes de vie en cœur de ville. Interview du maire Camille Pouponneau.  

Vous avez engagé une concertation avec les habitants de Pibrac pour définir un nouveau projet. Quel est votre objectif ? 

Nous voulons faire des choix structurants afin de faire évoluer Pibrac en répondant aux besoins des habitants. Lors de la construction de notre projet politique, nous avons fait de nombreux ateliers avec les habitants qui nous ont déjà donné des envies, des besoins. Il faut maintenant avancer de manière opérationnelle. Mon objectif, et celui de mon équipe, n’est pas de laisser une empreinte signée avec un aménagement original créé par un architecte de renom, notre objectif est de redonner sa fonction à un centre-ville et qu’il réponde aux besoins de ses futurs usagers. Il ne faudrait pas dépenser de l’argent public massivement pour arriver à un centre-ville déserté, il faut donc savoir ce qu’attend la population d’un centre-ville. C’est pourquoi nous lançons une grande consultation.  

Beaucoup d’habitants de Pibrac sont excentrés et l’enjeu est bien de leur permettre de se rencontrer, d’échanger, de vivre ensemble.

Camille Pouponneau,
maire de Pibrac

Quels sont les enjeux pour Pibrac ? 

Nous voulons créer du lien entre les habitants et avec le centre du village. Pibrac est la deuxième commune de la métropole en superficie, mais elle est au 27ème rang pour ce qui est de la densité, avec 332 habitants par km². Le territoire est donc très étalé et 80% sont des espaces naturels agricoles et forestiers. Beaucoup d’habitants sont cependant excentrés et l’enjeu est bien de leur permettre de se rencontrer, d’échanger, de vivre ensemble. Nous avons un cœur de ville exceptionnel, avec un patrimoine architectural de 1er rang. Celui-ci sera pleinement abouti s’il favorise le lien entre les Pibracais et ce n’est pas pleinement le cas aujourd’hui. 

L’accueil de nouveaux habitants est un autre défi pour Pibrac  

La métropole est et restera attractive. Nous contribuerons à l’accueil d’habitants tout en conservant l’âme de la commune, l’entraide et une culture de proximité. Pibrac est historiquement très pavillonnaire, avec des grands terrains. Les nouveaux habitants rejoignent des logements collectifs, certaines fois excentrés, ce qui implique aussi de faire le lien. Nous allons aussi accompagner le départ en septembre de la nouvelle école élémentaire Maurice-Fonvieille à côté de l’école maternelle. Autre exemple d’action visant à dynamiser le cœur du village cette fois-ci : nous allons faire muter les installations vieillissantes du patinodrome de la Castanette en le couvrant, pour compléter les équipements sportifs sans artificialiser de nouveaux terrains excentrés.  

Que retenez-vous du premier atelier de concertation avec les habitants ? 

Les problèmes de circulation ont été très discutés. Cela dépasse la question des équipements, puisqu’il y était question des habitudes de déplacement des habitants. Comment arrive-t-au centre, comment s’y déplace-t-on…

Autant de questions qui trouveront – pour partie – des réponses avec l’arrivée prochaine du REV, le réseau express vélo. Cela contribuera à sécuriser les déplacements de la périphérie vers le centre.

Plus globalement, je note un véritable engouement pour cette démarche de concertation. Cela nous motive car nous ne voulons pas décevoir.  

Quelles sont les étapes suivantes ? 

Nous allons continuer à questionner les usages des habitants et le devenir de la commune afin d’arriver à un consensus. La réflexion technique et financière arrivera ensuite. Plus largement et ce n’était pas forcément attendu : je pense que ces exercices de concertation pourraient aussi amener les habitants à interroger leurs usages de la ville, au quotidien.  

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier