57 500 nouveaux arrivants en 2014 dans l’aire urbaine de Toulouse - AUAT
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

57 500 nouveaux arrivants en 2014 dans l’aire urbaine de Toulouse

57 500 nouveaux arrivants en 2014 dans l’aire urbaine de Toulouse

L’apport migratoire contribue pour quasiment la moitié de la croissance de la population de l’aire urbaine de Toulouse.

Le constat vaut aussi à une échelle plus large, celle des 17 villes moyennes (Montauban, Albi, Tarbes, Saint-Gaudens, Foix, Castres, Mazamet …) avec lesquelles Toulouse « fait système », où le nombre de nouveaux arrivants est aussi important.
Au moment où les syndicats de SCoT relancent leur projet de territoire et « revisitent » leurs hypothèses d’accueil, il apparait opportun de faire le point sur l’ampleur et la nature de cette polarisation des migrations résidentielles et de leurs impacts territoriaux.

Ce sujet de réflexion n’est pas nouveau. En 2013, l’Insee Midi-Pyrénées et l’aua/T ont réalisé une publication traitant des échanges migratoires entre Toulouse et ces villes moyennes à 1 heure :
Dans le sillage de Toulouse, les villes moyennes proches renforcent leur attractivité .

En 2019, elles ont décidé de renouveler ces approches au travers d’une série de co-publications à paraître au cours de l’année. Il s’agira d’apprécier l’attractivité générale du système métropolitain toulousain et les échanges qui existent en son sein, le profil des nouveaux arrivants et l’impact de ces arrivées sur la structure de la population. Il sera également question d’éclairer les grands déterminants de la mobilité résidentielle au sein de l’aire urbaine toulousaine : quels sont les impacts territoriaux de la mise en couple, de la séparation des ménages, de la naissance des enfants, de la volonté d’accéder à la propriété sur le parc et l’occupation des logements ?

Cette prochaine collaboration entre l’Insee Occitanie et l’aua/T fait écho au rapport annuel de
l’Observatoire des territoires, récemment publié par le CGET,
qui s’intéresse aux différents impacts territoriaux des mobilités résidentielles en France.

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier