Points communs et différences entre Tarbes, Albi et Carcassonne - AUAT
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

Points communs et différences entre Tarbes, Albi et Carcassonne

Points communs et différences entre les aires d’attraction d’Albi, de Tarbes et Carcassonne, avec l’outil Portrait de territoire de l’AUAT.

Points communs et différences entre Tarbes, Albi et Carcassonne

L’AUAT propose un nouvel exemple d’usage de son outil Portrait de territoire, à la disposition de tous. En quelques clics, voici des points communs et différences entre les aires d’attraction des communes de Tarbes, Albi et Carcassonne.

Si comparaison n’est pas raison, c’est toutefois un moyen très utile de prendre conscience de particularités territoriales. Surtout si c’est possible facilement. C’est tout l’intérêt de l’outil Portrait de territoire développé par l’AUAT pour aider celles et ceux qui font la ville mais aussi qui souhaitent analyser un territoire (créateur d’entreprise, investisseur, collectivité…). Après un premier exercice comparant Toulouse à Bordeaux, intéressons-nous aux communes d’Albi, Carcassonne et Tarbes et surtout à leurs « aires d’attraction ».

Points communs et différences entre ALbi, Tarbes et Carcassonne

Une perception augmentée de l’influence des villes moyennes

Ce nouveau zonage développé par l’Insee fin 2020 change notre perception de l’influence des villes et plus particulièrement la représentation communément partagée des villes moyennes.

Si l’aire urbaine d’Albi comptait précédemment 44 communes sur 653 km² et une densité de 155 habitants par km², son aire d’attraction s’étend désormais sur 1306 km² et 91 communes, pour une densité de 105 habitants au km². La dynamique est similaire pour Carcassonne, dont l’aire d’attraction compte 115 communes sur 1455 km² contre 71 communes sur 839 km² pour sa précédente aire urbaine. L’aire d’attraction de Tarbes, quant à elle, réunit aujourd’hui 153 communes, contre 110 du temps de l’aire urbaine, avec une densité de 141 habitants au km².

Tarbes et Albi : deux pôles universitaires qui comptent

Avec respectivement +2,16% et + 2,22% d’étudiants inscrits en 2018-2019, Tarbes et Albi confirment leur forte vocation en matière d’enseignement supérieur et de recherche au sein de la région Occitanie. Cette tendance s’observe tant en volume, avec plus de 5 000 étudiants inscrits dans les établissements des deux sites, qu’en densité (nombre d’étudiants par habitant) comparativement à des aires de taille équivalente (Beauvais, Roanne, Mâcon…).

Carcassonne a également enregistré une hausse de 2,5% sur la même année, mais compte au global un peu moins de 2 000 étudiants. Ce différentiel entre les 3 témoins de notre exercice est observable sur la pyramide des âges comparée : Tarbes compte 5,19 % d’habitants de 20 à 24 ans, 5,37 % pour Albi et 4,37 % pour Carcassonne. A l’autre bout de la pyramide et contrevenant à certaines idées reçues, les trois aires d’attraction ont des proportions similaires d’habitants âgés de 65 ans et plus.

Des profils et des croissances démographiques contrastés

Poursuivant sa croissance démographique (+0,29%), Albi enregistre une hausse de 1,36% de l’emploi privé en 2019 et un léger repli de logements neufs en cours de construction (-0,81%) en 2018. A noter également des disparités entre les trois aires d’attraction concernant la consommation d’espaces naturels agricoles et forestiers puisque Tarbes en a consommé 239 hectares sur les 5 dernières années recensées, 297 pour Albi et 360 pour Carcassonne.

Provenances des nouveaux arrivants sur les territoires d'Albi, Tarbes et Carcassonne
Provenances des nouveaux habitants des trois aires d’attraction 
En vert : Carcassonne / En orange : Albi / En bleu : Tarbes 

L’outil Portrait de territoire permet aussi de connaître la provenance des nouveaux arrivants dans chacune des zones étudiées. Si le rayonnement de proximité est majoritaire pour les trois aires, apparaît aussi une plus forte attractivité de Carcassonne pour des habitants arrivant depuis l’étranger (militaires notamment) : en 2017, l’aire d’attraction a accueilli 517 nouveaux habitants d’autres pays, contre 370 pour Tarbes et 307 pour Albi.

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier