Observatoire de l’habitat : les tendances 2021 de la construction et des marchés du logement
Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire métropolitaine
AUAT

Observatoire de l’habitat : les tendances 2021 de la construction et des marchés du logement

L’AUAT a réuni ses membres pour partager un état des lieux des impacts de la crise Covid-19 sur la dynamique de construction de logement et les marchés.

Observatoire de l’habitat : les tendances 2021 de la construction et des marchés du logement

L’AUAT a réuni ses membres pour partager les effets de la crise Covid-19 sur la construction et les marchés immobiliers à l’échelle de l’aire d’attraction de Toulouse. Retrouvez l’essentiel des tendances 2021.

Notre rapport au logement a changé. C’est ainsi que Philippe Guyot, élu-référent de l’observatoire partenarial de l’habitat, a ouvert les discussions le 8 décembre : « Les lieux d’habitation sont devenus des lieux de travail, une salle de classe parfois et un lieu où l’on a été contraint de rester confinés. Ces circonstances ont mis à jour de profondes inégalités, lorsque l’on sait qu’à l’échelle de l’aire toulousaine, près de 100 000 personnes manquent de place dans leurs logements. »

La construction neuve en repli à Toulouse, comme partout en France

Cette édition de l’observatoire de l’habitat a permis à ses membres de partager les impacts protéiformes de la crise sanitaire à partir de données de conjoncture du secteur.

Avec 9,2 logements pour 1000 habitants en 2020, l’aire d’attraction toulousaine demeure la plus dynamique de France en matière de construction neuve, malgré une baisse de 1,8 points par rapport à 2019. Avec plus de 13 100 logements autorisés en 2020, l’aire de Toulouse enregistre une baisse de 16% par rapport à l’année précédente. Cette chute, conséquence directe de la crise sanitaire et de la période électorale, puisqu’amorcée dès 2018, reste cependant légèrement moins marquée qu’au plan national (-19%).

Evolution du nombre de logements autorisés entre 2010 et 2020 à l’échelle de l’aire d’attraction de Toulouse

Une repolarisation des constructions sur Toulouse et sa proche couronne

En 2020, 40% des logements autorisés dans l’aire d’attraction sont situés dans la commune-centre (27% en 2019). Dans ce contexte global de baisse du nombre de logements autorisés, Toulouse enregistre une nette augmentation par rapport à 2019 (+1 100 logements).

A contrario, le reste de l’unité urbaine, très marqué par la crise, voit son nombre d’autorisations chuter (-39%), pour ne plus représenter que 38% du total des autorisations (52% en 2019).

Un rebond de la construction à Toulouse en 2022 ?

Les trois premiers trimestres 2021 permettent aux plus optimistes d’envisager une reprise de l’activité. Cette reprise apparaît cependant très ciblée sur le logement individuel et hors Toulouse.

Félix Claude, chargé de projets au pôle habitat de l’AUAT

Les premières données 2021 (non encore stabilisées) témoignent d’un rebond du nombre d’autorisations sur les trois premiers trimestres, laissant entrevoir une reprise de l’activité de construction et de vente à l’horizon 2022-2023.

En comparaison avec les trois premiers trimestres de 2020, cette reprise apparaît cependant concentrée sur les communes hors Toulouse (+31% pour l’unité urbaine, +59% pour les communes hors unité urbaine) et ciblée sur le logement individuel (+42% pour l’individuel pur, +45% pour l’individuel groupé). 

Vous vous intéressez à la construction neuve ? Découvrez notre tableau de bord dédié. Il vous permet de consulter les données sur les permis de construire de logements (autorisés et commencés) depuis 20 ans.

Vous êtes membre de l’AUAT ? Connectez-vous sur votre espace réservé, rubrique “observatoire habitat”.

Vous trouverez sur l’espace membres le replay de la conférence et les présentations de :

  • L’ObserveR de l’immobilier toulousain : Jean-Philippe Jarno a dressé un état des lieux des transactions réalisés dans le logement neuf. Avec près de 3 200 logements mis en vente aux trois premiers trimestres 2021, soit -6% par rapport à 2020 et – 42% par rapport à 2019, le marché de l’immobilier neuf se tend sur l’aire toulousaine : les stocks de logements n’avaient plus été aussi bas depuis la crise de 2009, alors que la demande reste forte. Les prix augmentent et vont sans doute continuer d’augmenter.
  • La chambre interdépartementale des notaires : Me Henri Chesnelong a fait état de l’évolution du volume de ventes de l’immobilier ainsi que les évolutions annuelles des indices de prix en Occitanie, en Haute-Garonne et à Toulouse. Les prix ont connu une hausse significative au plus fort de la crise sanitaire, entre juillet 2020 et avril 2021 (+6% en Haute-Garonne) ; les volumes de transactions pour les maisons et appartements anciens se maintiennent à des niveaux élevés. Les confinements semblent avoir modifié les envies des acquéreurs et les villes moyennes autour de Toulouse voient pour la plupart leurs prix augmenter.
  • L’ADIL de Haute-Garonne : Mélanie Baillot a partagé un point d’actualités législatives et réglementaires. Au programme : l’incitation à la rénovation énergétique des logements (réforme du DPE, mesures de la loi Climat et résilience visant la suppression progressive des passoires thermiques du marché locatif), ainsi qu’un focus sur des incitations fiscales attendues dans le projet de loi de finances 2022.

Partager  :

commerce
économie
habitat
environnement
population
mobilités
foncier